Iqad al-Himam : Sagesse 61

Publié le 28/03/2018 par Karim C 2

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Rien ne te mènera autant à l'égarement que l'illusion.

Je dis : Il est dit dans cette sagesse, « mène », mener quelque chose dans ce cas-là, c’est la tirer vers soi. On dit que l’on mène la mule lorsqu’on la tire derrière soi. L’illusion est la première chose qui submerge l’esprit et elle est moins forte que le doute. Ce que la maître a voulu montrer dans celle sagesse, c’est le contraire de la certitude en Dieu, c’est-à-dire croire en ce qui est douteux et suspicieux. Il dit que rien ne te tire autant, ne te mène autant, vers la convoitise, la cupidité et la flatterie en vers les créatures, que de ramper devant ce qu’ils ont dans les mains alors qu’il ne s’agît que d’une illusion. Tu t’imagines qu’ils possèdent entre leurs mains ce qui peut t’être bénéfique ou préjudiciable, qu’ils ont le pouvoir de donner ou de priver. Tu attends des choses d’eux avec convoitise et tu te prosternes devant eux en leur comptant dessus et en les craignant. Par contre, dès que tu as la certitude que tout ce qu’ils ont est en réalité entre les mains de Dieu, et qu’eux-mêmes sont sous Son emprise, incapables d’être bénéfique à eux-mêmes, tu te demandes alors comment ils pourraient être bénéfique à d’autres. C’est alors que tu cesses d’avoir de l’espoir en eux et que tu élèves ton aspiration en direction du Maître des Maîtres. Tu renonces aux amis et à ceux que tu aimes. Rien ne t’éloignes plus de la Vision Divine et de la Présence continue en Dieu, si ce n’est l’illusion que tu te fais de l’existence des créatures. Si on te retire le voile de l’illusion, c’est pour que tu puisses attester et contempler. Si la lumière de la certitude se lève, elle voile toute la création.

Le maître dit dans le Tanwir : « L’avancement du serviteur vers Dieu est empêché car il est attiré et s’accroche à autre chose que Lui. Chaque personne qui a dans son cœur la préoccupation de se diriger vers Dieu, mais qui est en même temps attiré par une chose à laquelle elle s’accroche, alors cette personne revient à ce qui la tire, c’est-à-dire la chose autre que Dieu. Et la présence Divine est refusée à ce type de personne. »

Un Connaissant a dit : « Ne crois pas que tu pourras entrer dans la présence Divine alors qu’une chose qui est derrière toi t’attire ». Comprends donc ici la parole du Très-Haut : « Le Jour où richesses et enfants ne seront d’aucune utilité, sauf pour ceux qui iront à Dieu avec un cœur pur ». Le cœur pur et saint est celui qui ne s’accroche à aucune chose si ce n’est Dieu. Et Dieu dit aussi : « Ne t’a-t-il pas trouvé orphelin et, alors, procuré refuge ? » Il faut comprendre cela dans le sens où Dieu ne t’accorde Son refuge, que si tu es réellement orphelin, c’est-à-dire, de ne plus avoir personne si ce n’est Lui.

Dans une tradition prophétique il est dit : « Dieu n’a pas de pair et, il aime ceux qui sont indivisibles ». Cela veut dire que Dieu aime un cœur ou la dualité n’interfère pas. Un des autres Connaissants a dit : « Si on m’avait imposé de voir autre que Lui, je ne voudrais pas et ne pourrais pas. Il n’y a pas d’altérité avec Lui sans que je ne témoigne de Lui dans l’altérité ». C’est ainsi que l’illusion voile la vision des gens à Dieu, que ce soit chez les gens du commun ou ceux de l’élite. Pour les gens de l’élite de l’élite, rien ne les voile à Dieu.

 Les gens du commun sont tirés par l’illusion car ils s’accrochent aux créatures, pour cela l’accès au Roi, au Vrai leur est interdit. Ils sont trop occupés à surveiller et à être attentionné envers ceux qu’ils aiment et, à s’opposer à ceux qui s’oppose à eux, même parmi leurs compagnons. L’amour du Bien-Aimé et la vigilance requise pour l’introspection leur passent sous le nez.

Les gens de l’élite, eux, sont tirés par l’illusion qui réside dans les vestiges de la création, ils sont amenés à s’arrêter aux lumières. Ils se contentent uniquement de ceci et ne voient pas ce qui se trouve au-delà. Avoir une suffisance à l’égard de Dieu, est une source de privation. Une nouvelle rapportée n’est ni semblable, ni au même niveau que de l’avoir vu de ses propres yeux. J’ai entendu notre maître dire : « Par Dieu, rien ne voile plus les gens que l’illusion et, l’illusion est un fait périssable qui n’a aucune réelle existence. »

En ce qui concerne les gens de l’élite de l’élite, rien ne les voile de Dieu, ils ont déchiré le voile de l’illusion et Dieu leur a donné la science et la compréhension. Ils ne s’attachent à rien et rien ne les voile de Dieu. Que Dieu nous compte parmi eux, par Sa Grâce et Sa Faveur.

Le maître parle ensuite des causes de la libération : (Sagesse suivante)

Sagesse précédente Sommaire Sagesse suivante

Commentaires (2)

Nouveau commentaire

de Jaweb Lundi 03 juin 2019 à 04h00

de Julien Barbe Lundi 03 juin 2019 à 18h00
Merci à vous !