Les anges n'entrent pas là où il y a un chien - Explication du hadith

Publié le 21/06/2020 par Aurélien Lépine 3


Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Le chien est l'un des animaux préférés des Français, et l'un des plus répandus dans les foyers avec, selon certaines enquêtes, près de 7,4 millions de chiens domestiques en France.

Croyants et croyantes, nous cherchons l'agrément de Dieu dans tout ce que nous faisons. De fait, il est essentiel pour nous de nous informer des recommandations de Dieu sur chaque aspect de nos vies, sur la manière dont nous usons de chaque créature et de chaque outil du quotidien dans le respect et la sagesse.

Un hadîth rapporte : D'après Ibn 'Abbâs (que Dieu agrée le père et le fils), le Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Les anges n'entrent pas dans une maison où il y a un chien ou une représentation figurée ». (Rapporté par Muslim)

Un autre hadîth rapporte : D'après Ibn 'Omar (que Dieu agrée le père et le fils), l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : « Quiconque se sert d'un chien, à moins que ce ne soit un chien de berger ou un chien de chasse, diminue son contingent de bonnes œuvres chaque jour de deux qîrât ». (Rapporté par Muslim)

Ces ahadiths, auxquels s'ajoutent d'autres encore, ont permis aux juristes musulmans d'instaurer plusieurs avis juridiques sur la place du chien dans notre communauté. Nous vous conseillons donc de prendre l'excellente habitude de vous référer auprès de votre madhdhab (votre école de jurisprudence) pour toutes questions d'ordre juridique. L’équipe de Soulouk.Net se réfère quant à elle au madhdhab malikite.

Cependant, il y a dans ces deux ahadiths une dimension d'enseignement bien plus profonde que le sens externe des paroles du Prophète ﷺ. Dieu nous enseigne, à travers l’exemple du Prophète, un art de vivre essentiel à l’accomplissement et l’établissement du bien-être de chacun. Art de vivre malheureusement bien loin de nos préoccupations contemporaines, tant sociales que scientifiques.

 


Le chien : un marqueur de l'Homme qui ne vit plus que pour lui-même

Dieu a créé l’Homme et a mis à sa charge de développer et maintenir l’équilibre dans le reste de la Création. Par les choix qu’il est amené à prendre chaque jour, le croyant décide d’œuvrer dans ce sens et d’accepter ce rôle qui lui incombe, devenant lui-même, peu à peu, un reflet de la Vérité. Pour ce faire, l’Homme est amené à développer un art de vivre, un art de faire chaque chose avec justesse et sagesse sans négliger aucun aspect de la vie.

Dieu a mis la Création tout entière au service des Hommes. Tout est là pour l’aider à accomplir sa mission et à faire rayonner la lumière de Dieu. Pour chaque chose Dieu a établi une norme, un usage, une bienveillance, une responsabilité et un respect pour user de ce que Dieu a mis à notre disposition avec sagesse et non pas avec arrogance, ou bien avec passion. Le couteau, par exemple, est-il là pour nous aider à couper un fruit ou du pain, ou bien nous invite-t-il à tuer notre propre frère ? Ainsi celui qui fait sortir un être ou un objet de sa vocation première, pour l’atteler à une tâche qui n’est pas la sienne, s’éloigne de l’ordre établi par Dieu ainsi que de son propre bien-être qui l’invite à mesurer chacun de ses actes.


Comprends donc, que se servir d'un chien pour chasser, pour conduire les troupeaux, ou pour garder ses terres est une grande aide, car il s’agit là d’usages bénéfiques et utiles. Mais avoir un chien pour des raisons malvenues, comme pour satisfaire un caprice ou pour se soustraire de ses occupations et de ses responsabilités en omettant au passage toute considération pour l’animal, est le comportement de celui qui vit au gré de ses passions, et les passions éloignent de tout comportement sage et respectable.

En réalité, au-delà de la question du chien, le Prophète ﷺ attire notre attention sur un mécanisme universel où une intention malvenue place l’individu dans une situation de négligence. Ici, cette négligence se traduit par un déséquilibre de la protection naturelle de l’individu et par l’éloignement des anges qui voit en cet individu quelque chose qu’ils n’aiment pas. En effet, lorsque l’attention de l’Homme se fixe sur autre chose que la lumière que Dieu manifeste dans Ses créatures, l’Homme détourne son regard de la Vérité, ce qui entraîne un déséquilibre et l'éloignement des anges.

Ainsi cette fuite des anges n'est pas uniquement une question d'utilité ou d'inutilité, mais il s'agit d'un mécanisme beaucoup plus large mettant l’individu face à son quotidien et l’art de le vivre. Quand une personne se détourne de Dieu et qu'elle fait, en tout conscience ou non, l'adoration d'un autre que Lui, ses gardiens naturels s’éloignent d’elle et la laissent sans protection. Elle devient alors plus vulnérable aux attaques sataniques et donc inapte à accomplir ses tâches quotidiennes convenablement. À l’inverse, dès lors qu’un individu agit avec scrupule et sagesse il assure la cohésion et l’équilibre en lui-même et dans l’univers qui gravite autour de lui, aussi bien dans ce qu’il voit que dans ce qu'il ne voit pas.

Cette règle n'est donc pas spécifique au chien, mais elle considère tout ce qui détourne de la Présence divine.

Voici le sens de ces ahadîths à partir desquels nous pouvons envisager un éclaircissement sur les différents outils de diagnostic transmis par la Révélation et le patrimoine de la Sagesse. Des outils qui plongent l’individu dans son quotidien, l’art de le vivre, l’art de comprendre ses forces, ses faiblesses, ses difficultés, leurs origines, leurs conséquences et la manière dont il est possible de revenir à un équilibre perdu ou dégradé. Et Dieu sait mieux.

 

Fuir la futilité et prendre l'adoration pour existence.

Dieu dit dans le Coran :

« الَّذِينَ اتَّخَذُوا دِينَهُمْ لَهْوًا وَلَعِبًا وَغَرَّتْهُمُ الْحَيَاةُ الدُّنْيَا ۚ فَالْيَوْمَ نَنْسَاهُمْ كَمَا نَسُوا لِقَاءَ يَوْمِهِمْ هَٰذَا وَمَا كَانُوا بِآيَاتِنَا يَجْحَدُون »
« Ceux qui ont pris leur religion pour un divertissement et un jeu et que la vie de ce monde a séduits. Nous les oublions en ce jour, comme eux-mêmes ont oublié leur rencontre de ce jour, et parce qu'ils ont rejeté Nos signes. »
Sourate 7 verset 51

Certes l’Homme n’a pas été créé par jeu, pour jouer, ou pour gaspiller le précieux temps libre dont il dispose dans des futilités. La vie humaine est plus précieuse et plus noble que cela, et chaque seconde de sa vie l’invite, par ses paroles et par ses actes, à honorer le Nom de Dieu, et à chercher l’équilibre et l’harmonie.

Dieu dit aussi :

« وَمَا خَلَقْتُ الْجِنَّ وَالْإِنْسَ إِلَّا لِيَعْبُدُونِ »
« Je n'ai créé les djinns et les Hommes que pour qu'ils M'adorent. »
Sourate 51 verset 56

La négligence, le divertissement à outrance et la paresse éloignent l’individu de la raison d’être de son existence en le détournant de ses responsabilités et en l’entrainant à gaspiller toujours plus les bienfaits dont Dieu l’inonde en permanence. Et Dieu dit :

« وَإِنْ تَعُدُّوا نِعْمَةَ اللَّهِ لَا تُحْصُوهَا ۗ إِنَّ اللَّهَ لَغَفُورٌ رَحِيمٌ »
« Si vous comptiez les bienfaits de Dieu, vous ne sauriez les dénombrer. Dieu est Pardonneur, Clément. »
Sourate 16 verset 18

Ainsi la réhabilitation des individus se fait par un diagnostic de leur quotidien afin d’identifier avec quelle sagesse ou quelle négligence il décide d’investir sa vie. À une époque où toute la société est en bout de course, il est temps, plus que jamais, d’investir la Révélation et le patrimoine islamique pour extraire des outils de réhabilitation eut égard des difficultés que nous vivons.


En conclusion, il est important d’une part de constituer des outils pour aider chacun de nos frères et sœurs à retrouver le sens de la vie et du quotidien, et d’une autre part de refaire de chaque instant un moment privilégié dans lequel il devient possible de vivre notre relation avec Dieu. Parce que c’est ce que Dieu nous invite à faire, et parce que notre protection, notre équilibre et notre bien-être en dépendent.

Aspirons et demandons à Dieu, Son adoration complète et sincère, dans tous Ses Noms, afin qu'Il nous guide et nous purifie sur Son chemin, qu’Il nous éloigne de ce qui nous attire hors de Son Rappel, et qu’Il nous ouvre la porte de Sa Lumière présente dans chacune de Ses créatures, et c'est Lui le meilleur des Guides. Que Dieu nous facilite. Amin.

 

Commentaires (3)

Nouveau commentaire

de Al Machichi Samedi 27 juin 2020 à 22h18
Aleykoum Salam. Cet article n'est pas la pour stigmatiser une personne surtout pas des personnes esseulées ou des personnes qui ont un chien depuis de nombreuses années.
Il y a un socle commun qui est l'ordre naturel et l'harmonie qui incombent à chaque personne de chaque religion (pudeur, interdiction du meurtre de l'usure, de la fornication de l'adultère etc ...)
Il y a aussi des particularités et des obligations auxquels sont tenus les musulmans, mais qui n'incluent pas les prêtres et les non-musulmans (alcool, interdiction du port de la soie pour les hommes etc...)
Les Ahadith sont clairs et mériteraient peut-être d'autres explications plus approfondies.
Il convient de préciser que chez les Mâlikite le chien est considéré comme pur.

Il faut ajouter à cela que l'Islam n'a rien contre les chiens. D'ailleurs certains anges s'éloignent des personnes qui ne se sont pas purifiées après un rapport sexuel, un hadith stipule aussi
"Celui qui pointe une arme sur son frère est maudit par les anges jusqu'à ce qu'il la pose, quand bien même il s'agirait de son frère de sang"
Rapporté par Mouslim.
Un autre hadith dit :
D'après Jabir Ibn 'Abdallah (qu'Allah les agrée lui et son père), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui mange de l'oignon, de l'ail ou du poireau qu'il ne s'approche pas de notre mosquée car certes les anges sont gênés par ce qui gêne les enfants de Adam (*) ». Rapporté par Al Boukhari et Mouslim.
On voit bien à travers ces deux traditions que les anges fuient même certaines personnes.
Les chiens déféquent et il peut y avoir des excréments qui restent collés aux poils. Ce manque d'hygiène et les odeurs peuvent éloigner certains type d'anges, tout comme un homme qui a une mauvaise hygiène.
L'islam est une religion qui est très stricte sur l'hygiène et les Hadith sur le chien vont dans ce sens.
Concernant votre ami prêtre et même en général, le fait même qu'il y ait autant de personnes ayant un animal de compagnie nous interroge sur deux problèmes sociétaux majeurs : la solitude et la détérioration des liens sociaux. Le nombre de personnes ayant des animaux montre qu'il y a un manque, un vide à combler. Ce manque jamais un animal ne pourra le combler.
Tout comme l'homme ne comblera jamais toutes les besoins d'un animal.
Si on connaît de telles personnes dans notre entourage à nous de leur apporter un soutien une compagnie, une présence. L'objectif n'est pas de les blâmer car ils possèdent un chien, mais de les aider à ce qu'ils lui donnent la place qui lui sied et qui lui convient très bien c'est à dire un animal au service de l'homme pour des tâches spécifiques.
L'affection et l'épanouissement ne seront total que si ils sont exprimées envers un membre de la même espèce.
Chez l'être humain un épanouissement émotionnel total à travers Al mawwada et rahma apporte des connaissances de certains Noms et Attributs divins. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle en Islam le mariage est conseillé.
Enfin spirituellement parlant les cheminants n'ont besoin dans un premier temps que de la compagnie d'autres cheminant et du Shaykh, puis arrivé à un certain degré, le cheminant est tellement plongé dans l'adoration de Dieu et le suivi de la tradition prophètique qu'il ne ressent plus le besoin d'avoir de la compagnie.
Il est extérieurement avec les gens mais intérieurement détaché de tout.

Wasalam Aleykoum


de salsabil2020 Lundi 22 juin 2020 à 14h42
Salam aleikoum, je connais des gens qui ont des chiens de compagnie tout en étant des prêtres, par exemple ou des personnes seules qui prient chaque jour. Ces gens ne se laissent pas distraire de Dieu par leurs chiens de compagnie, et ils ne les adorent pas non plus. Qu'en pensez-vous ?

de Aurélien Lepine Dimanche 28 juin 2020 à 22h09
Wa a3leykoum salam wa rahmatoullah wa barakatouh

Tout d'abord merci pour votre question qui nous aide nous, et ceux qui lisent, à affermir notre compréhension de ce sujet.
Chaque situation est complexe et doit être appréhender dans la mesure de sa complexité. Il nous semble peu raisonnable de donner une réponse ferme sans connaître tous les détails d’une situation.
L'Islam est la religion du juste milieu et il est important de fournir un effort de lucidité, de prendre du recul, et de faire appel à la Sagesse qui nous invite à peser le pour et le contre, le bon et le moins bon de chaque situation.

Mais au-delà de ces questions qui relèvent plus de la jurisprudence, ce qui est intéressant ici c’est la dimension scientifique du sujet qui conduit un individu à questionner son quotidien et la façon dont il l’investit, en vue d’établir son équilibre. Ou bien de produire à partir du Coran et de la Sunna, un ensemble d’outils de diagnostic afin d’identifier les éventuels déséquilibres dans la vie d’une personne et de fournir une méthode de réhabilitation de sa condition.

Que Dieu nous aide. Amin.